Restauration de "Julie", une 4cv de Mai 1950.

 


17 Remise en état du toit ouvrant




site search by freefind advanced


17 Remise en état du toit ouvrant



    Avoir un toit ouvrant !!! Quel luxe! en 1950 celui qui pouvait avoir un toit ouvrant l'été n'avait pas besoin de climatisation! Hé oui, dans les petites voitures de ces années là, l'hiver, il ne faisait pas chaud et l'été, en plein "cagnat", on mouillait vite sa chemise. Sur les 4cvs, les deux déflecteurs avant ne donnaient pas beaucoup d'air!
   Certains propriétaires avaient en option des vitres coulissantes à l'avant, mais le toit ouvrant était le seul moyen de se sentir bien dans sa 4cv pour celui qui ne pouvait pas se payer une découvrable de la Saprar...
   Mais l'envers du décor, c'était que ces toits ouvrants étaient à l'origine de noyade pour différentes raisons et que lorsque le mal était fait, la rouille entrait en action!
    



   Voilà le toit ouvrant dont était équipé "Julie" quand je l'ai rencontrée....
   Il n'avait pas servi depuis plusieurs décennie...
   Je n'y avait pas vraiment porté attention...



   Il était condamné par une bande de ruban adhésif épais.
   
   



   A l'intérieur, plus rien.
   Une patte de verrouillage centrale était accrochée au rétroviseur pour interdire son ouverture..
   Une tôle rouillée, mais pas trop...



   Après avoir fait sauter tout l'adhésif et libéré la patte de verrouillage, j'ai pu ouvrir le toit.
   il était bloqué et raclait de partout et se déplaçait en biais..
   ...



   Derrière les sièges avant dans un carton, deux plaques en tôle.
   Il s'agissait des poignées de manœuvre du toit..
   Pour celui qui a hérité d'un toit ouvrant, le toit se manipule uniquement avec ses poignées et il ne faut jamais tirer avec l'anneau du loquet de verrouillage pour tirer le toit vers l'avant.



   Les deux plaques de poignée sont vissées sur le toit au dessus de la barre de verrouillage.
   
   ...


   Vous voyez sur cette photo le loquet de verrouillage condamné par de l'adhésif attaché sur la patte du rétroviseur...
   
   


   D'abord faire l'état des lieux...
   Beau pavillon arrière
   Le toit arrière est bien rouillé mais aucune perforation.
   On voit bien les deux tuyaux d'évacuation de l'eau vers les ailes arrière...
   En réalité, l'eau devait gicler partout et s'écoulait derrière la banquette arrière!    c'est surtout le fait qu'elle soit emprisonnée dernière le ciel de toit qui a provoqué l'oxydation.


   Les tuyaux d'évacuation d'eau en caoutchouc noir de diamètre intérieur 12mm était souvent fendu ou débranché....
   Rouille dans toute la zone...
   


   Le tuyau a été colmaté à un moment donné, mais le pli 2cm plus bas est le signe d'un tuyau fendu...
   
   


   Tous les tuyaux d'évacuation était soit percés, soit manquant.
   ...et l'eau se répandait partout
   Plus tard, je me suis aperçu que celui de droite était le seul qui n'avait pas été coupé avant de pénétrer dans les ailes arrière. Il amenait l'eau dans un bidon à droite du moteur!
   



   L'eau se répandait partout, surtout généreusement derrière le dossier de la banquette arrière!
   
   



    A l'avant, même chose.
   Et la présence de dominos dans le circuit électrique à côté des tuyaux délités n'est pas très rassurante..
   Cependant, rien d'irrémédiable



   Sur le toit proprement dit, la barre de verrouillage est cassée côté gauche.
  
   ...



   Le petit morceau manquant est important: c'est lui qui permet au toit ouvrant de monter et de le verrouiller en position fermée.
   A lui seul, il assure l'étanchéité à l'avant.
   



   Mais le levier proprement dit est en bon état et même si il a besoin d'un bon nettoyage et graissage.
   
   



   C'est ce système qui fait tourner la barre de verrouillage.
   
   Pas de dégât à ce niveau...



   Trouver une barre de remplacement en pièce détachée est impossible.
   Refaire une barre complète aussi: la précision du cintrage demanderait de construire un gabarit très précis
   ... alors que faire? refaire juste l'extrémité cassée . Deux angles à 90°, un petit morceau de tube acier ou cuivre avec un diamètre intérieur identique à celui de la barre et deux points de soudure...  



   La première chose à faire est de sortir le toit ouvrant de ses glissières.
   Et il ne peut sortir que si nous retirons les rampes et les taquets de verrouillage.
   Ici les vis de fixation des rampes...



   Voilà la rampe, une de chaque côté.. un petit morceau d'acier d'environ 50mm de long avec un biseau sur lequel viendra monter une roulette, soulevant ainsi le toit ouvrant pour le faire remonter en position fermée..
   La rampe côté gauche avait disparu.
   ...



   Et retirer les deux taquets de verrouillage.
   La photo est une photo du remontage.
   Le taquet se trouve dans le repli de tôle de la glissière, à environ 3 cms de l'avant . La tige de verrouillage  fait remonter l'avant  du toit en position haute et le bloque dans cette position.



   La partie visible du toit proprement dit n'a qu'un petit enfoncement.
   Mais le toit ouvrant roule dans les glissières latérales et deux ressorts équipés de galets ronds lui permettent de descendre à l'arrière sous l'arrière du pavillon!
   Et là, il y a deux nouveaux problèmes...


   Les ressorts sont morts, les galets ronds ont disparu.
   Les galets de roulement sont bloqués et  un peu tordus, mais récupérables!..
   Refaire les ressorts avec de la corde à piano : faisable, mais refaire les 4 galets dont 2 ronds plus compliqué! il faut avoir la bonne matière! Teflon, Ertalon, polyamide, PEHD... Et quelle densité???
   Si vous suivez mes travaux, vous avez compris que je n'ai aucune relation dans le milieu de l'usinage et ce genre de "petite transformation" n'intéresse personne ... à moins de connaître un bon copain!



   Dans le PR685, manuel de pièces détachées de l'époque , j'ai trouvé l'éclaté correspondant à mon toit
   Il est important pour comprendre le montage..
   Mais il ne résout pas mon problème...
   Pendant toute la restauration, j'ai publié son avancement et toutes les photos sur le forum : la-4cv-renault.forum.actif.com  Et un membre du forum, Harchi, m'a contacté en me disant qu'il avait une caisse qui avait été incendiée et que le toit pourrait être récupérable!


...  

   Francis avait de la famille sur Orléans et m'a proposé de le récupérer chez sa belle sœur
    Et voilà donc le toit ouvrant d'Harchi!
   



   La barre de verrouillage en bon état!
   ... premier problème résolu!
   



   Par contre pour les ressorts sur mon toit, 1 est cassé, et pas de galets sur les ressorts alors que les ressorts du toit d'Harchi sont encore là et munis de galets en bon état.
   Les ressorts ne sont pas les mêmes, mais tout doit pouvoir s'arranger...
   



   les ressorts du toit d'Harchi semble beaucoup plus résistants le fil est plus gros et la fixation  se fait avec trois pattes de maintien soudées...
   ..
   Si j'arrive à faire tourner la tige dans les deux pattes de maintien les plus proches du galet, ce serait l'idéal!



   Ce n'est pas gagné car comme vous pouvez le voir la rouille continue de faire son oeuvre
   ... je vais voir comment ça sort après brossage et traitement à l'acide phosphorique.



   Les galets de roulement du toit d'Harchi sont pires que les miens.
   Alors si je dois changer récupérer uniquement mes deux galets sur mon toit, ça sera plus simple..
   Mais avant de faire quoi que ce soit, j'ai décidé de remettre en état les deux toits en même temps avant de réparer!...



   Les poignées sont identiques et les poignées de "Julie" sont en bon état.
   



   Le mécanisme de verrouillage du toit d'Harchi fonctionne bien : à conserver.
   
   


   Regardez le profil des deux toits ouvrants ... ce ne sont pas les mêmes! Sur  "Julie, il n'y a pas la rainure pour faire passer le ressort!
   C'est donc beaucoup plus simple de remettre en état le toit d'Harchi que de démonter et de transférer ressorts et roulettes!
   Tout simplement par ce que le profil de rive arrière du toit de "Julie" n'est pas évidé!
   Et dépointer 40 points de soudure pour transférer les profils serait pure folie!




   le côté extérieur du toit d'Harchi est en parfait état.
   Et après deux passage de Decapex, pas moyen d'attaquer la couche de minium de plomb des années 50...
   C'est plutôt bon signe, ça fera une bonne base pour la remise en peinture...



   Finalement le toit d'Harchi semble plus facile à remettre en état que celui de "Julie".
   La décision s'impose!
   



   Et avec les quincailleries des deux toits, je vais pouvoir remonter l'ensemble comme à l'origine.
   Voilà les deux rampes ...
   .. et les deux taquets que j'ai démonté... avec beaucoup de mal...
   Fait étrange, les deux trous de fixations des taquets avait déjà un morceau de vis cassée, alors que les taquets ne sont fixés qu'avec une seule vis!
   



   Après 8 heures de traitements, décapage, brossage, je sais que j'ai fait le bon choix: le toit d'Harchi sera monté sur le pavillon de "Julie".
   Après recherche, je sais maintenant que les ressorts et galets du toit ouvrant a évolué 3 fois suite à tous les problème rencontrés..
   ... et que cette photo montre la dernière évolution ...



   Le toit ouvrant d'Harchi est entouré d'une carcasse métallique de joint... disparu sur "Julie"
   Il y a deux joints pour assurer l'étanchéité du toit  : un joint clipsé qui tourne  autour des 3 premiers côtés, et un joint spongieux qui se colle au dessus du toit à l'arrière..
   ...



   J'ai trouvé  un joint re-fabriqué qu'il faut mettre en place et recouper à longueur
   
   



   J'ai récupéré les deux galets soudés sur le toit de "Julie
   
   



   Les écartements des trous sont presque identiques que sur les plaquettes de fixation du toit d'Harchi
   
   



   Mais comme rien ne s'y oppose, j'ai préféré les fixer avec des vis...
   
   



   Extraction des vis cassées sur les pattes de verrouillage en laiton.
   
   ...



   Reprise des filetages pour vis de 4mm.
   
   ...



   Les taquets sont prêts à être remontés sur le pavillon.
   Il n'y a qu'un trou de vis pour les fixer.
   Comme je ne sais pas quel sera le trou utilisé, j'ai préparé les deux trous. Je recouperai les vis au moment du montage.



   Le toit de "Julie" a été donné au sablage avec la caisse et les autres ouvrants. Je l'ai donc récupéré en apprêt 2 mois plus tard...
   Pour le toit brûlé d'Harchi,  j'ai déjà retiré les restes de tissu brûlé et de colle et de peinture  à la spatule , puis à la ponceuse oscillante..
   Puis acide phosphorique...



   Après un deuxième ponçage et une deuxième couche d'acide le résultat n'était pas terrible: impossible de faire partir le mélange de peinture, colle et tissu  brûlé à l'intérieur
   Mais tout semblait dur et sans excroissances
   On voit bien sur ces deux photos les pattes de fixation du joint à l'avant et sur les deux côtés...
  2 passage au Decapex, 2 passages à l'acide phosphorique... les tâches brunes, ce n'est pas de la rouille mais du minium de plomb.



   Côté apparent du toit ouvrant, je suis venu difficilement à bout de la sous couche du minium de plomb du toit d'Harchi.
   Disque à ailettes, puis ponçage au 80 et au 120, j'ai estimé qu'il n'était pas utile d'aller plus loin...
   



   Pour l'extérieur, la peinture part bien, mais le Decapex n'attaque pas le minium. Disque à ailettes, ponceuse à tête oscillante...
   En réalité, il faudrait un bac à électrolyse pour pouvoir l'immerger.
   J'ai tout de même passé l'ensemble à l'acide avant de le mettre en apprêt...



    Mais avant de passer ma couche d'apprêt a l'intérieur, j'ai préféré passer une couche de Frameto.
   Ce produit d'emploi facile et à séchage rapide bloque la rouille de manière efficace..
   Après 24 heures de séchage, ça donne une surface dure légèrement granuleuse.





   Et voilà le résultat après la couche d'apprêt.
   
   ... de toutes façons, l'important c'est le traitement de la rouille, car pour l'aspect intérieur, le toit sera recouvert de tissu ou de skaï.



   Les fameux ressorts ont été récupérés et se tordent maintenant comme il faut dans les deux plaques de gauche.
   Je les ai protégés avec du ruban de masquage pour ne pas les bloquer dans la peinture.
   Le résultat est à la hauteur...



   Galets et roulettes en place sur le toit d'Harchi.
   
   Le toit ouvrant est presque prêt.



   Mise en apprêt du toit côté apparent.
   
   



   Préparation des deux poignées.
   
   Les "barres poignées" ont été passées à l'électrolyse et brossées, puis ont reçu leur couche d'apprêt.



   Mise en place du joint périphérique
   
   Sur la photo, on voit que le sertissage dans le jonc en alu est insuffisant! Je devrais le démonter avant la mise en place définitive!



   Les deux mini-rampes ont été mise en place juste au niveau de la traverse du plafond.
   Il faut mettre un peu de joint silicone entre taquets, tôle et vis, pour éviter les fuites!...
   La hauteur de ces rampes est importante car c'est elles qui vont conditionner la hauteur de l'arrière du toit dans le pavillon. Mais je n'ai trouvé aucune indication dans les IS à ce sujet. Il faudra voir au moment de la mise en place...



   Mise en place des barres et du système de verrouillage sur le toit ouvrant.
   ...
   Tout est prêt pour un essai de mise en place...



   Mise en place du toit dans le pavillon.

   Pour pouvoir rentrer la barre de verrouillage, il faut démonter les deux taquets de verrouillage, passer les deux ergots et remettre en place les taquets.

   Toit en place verrouillé...



   Le toit ouvrant en place.
   
   Le joint semble dépasser légèrement... mais dans l'ensemble, il ne faut pas se plaindre.



   Mais le toit rentre mal, les roulettes glissent mal.
   Ponçage .
   Coup d'œil dans les glissières latérales : apprêt sur sable !  Le sableur qui a fait l'apprêt ne devait pas avoir de soufflette!
   Le toit ouvrant avait été colmaté au mastic : apprêt sur mastic! grattage sur tout le pourtour. Au deuxième essai, ça va beaucoup mieux, mais j'ai une solution qui devrait améliorer encore...quand tout sera en peinture!




   Et là je m'aperçois qu'il me manque le joint spongieux.
   ...
   Je suis sûr de l'avoir commandé, mais impossible de mettre la main dessus. Pendant la restauration, j'ai perdu beaucoup de temps à chercher!   Mais quand vous avez une 4cv en carton, à moins d'avoir une secrétaire qui enregistre tout au fur et à mesure et un entrepôt immense...



   La caisse est revenue de la peinture.
   J'ai pu passer l'intérieur des rails que j'ai poncé à l'acide phosphorique, passer un coup de laine de fer et mettre en place une bande de téflon de 30mm de large sur les deux chemins ou roulent les galets..
   ...



   Deuxième essai de montage du toit dans la caisse peinte.
   Et là le toit roule parfaitement..
   ...



   La manœuvre pour fermer le toit est simple mais obligatoire si vous ne voulez pas avoir d'ennuis à long terme . Elle se fait de l'intérieur et avec les deux mains .
   Toujours s'assurer que l'anneau de déverrouillage du toit est tiré vers l'arrière..
   Et ensuite tirer uniformément par les deux poignées le toit vers l'avant. Donner un petit coup sec vers l'avant pour le faire monter en position fermée!...
   Verrouiller ensuite le toit en poussant l'anneau de verrouillage vers l'avant!



   Le toit ouvrant a été mis en peinture avec les autres ouvrants.
   J'ai collé  le joint spongieux à l'arrière, resserré le jonc alu autour du joint périphérique, et comme j'ai trouvé que la lèvre périphérique pincée avec les pattes n'adhère pas bien au pourtour.... j'ai mis une bande de colle néoprène. et je l'ai remis en place..
   ...



   On voit sur cette photo que le toit ouvrant est légèrement plus bas à l'arrière que le pavillon.
   
   ...



   
   Il sera sans doute nécessaire de mettre une cale d'épaisseur biseautée de 2mm entre le rail et la petite rampe....
   ...



   Je verrai pour l'habillage du toit quand le ciel de toit sera posé
   Il parait que cette opération n'est pas facile... mais je pense que le plus dur sera de trouver un ciel de toit  pour 4cv avec toit ouvrant..
   ...



   Mise en place et serrage des deux taquets de verrouillage
   
   Le toit ouvrant est en place je ne suis pas pressé de l'essayer sous la pluie!...
   Et il reste encore quelque-chose à faire ...



   Pour refaire les écoulements, j'ai cherché en vain des tuyaux en caoutchouc de 12mm intérieur et 15 extérieur
   Je me suis rabattu sur des tuyaux en pvc transparent vendu sous la marque Dial. J'avais déjà utilisé ce type de tuyau pour les écoulement à l'intérieur des portes..
   Ces tuyaux sont traités anti-uv, qualité alimentaire, souples... Seul inconvénient, ils ne glissent pas bien...



   Le tuyau en 12/16 semblait l'idéal pour les évacuations arrière, mais j'ai eu peur que ça serre un peu pour le passage dans les conduits avant à cause de mon nouveau faisceau électrique. Nos fils en pvc souples sont plus encombrants et les faisceaux faits à la main sont moins serré..
   J'ai donc pris aussi du 10/14.. vendu en rouleaux de 5m de long.
   



   A l'avant, le passage se fait finalement sans problème jusqu'au dessus de l'aile
   
   ...



  Mais le passage à travers la paroi est pratiquement impossible pour 16mm .
   Essai de chauffe du tuyau en vain..
   Le 10/14 passe bien...
   Pas d'autre solution que de faire un raccord: mais il faut faire entrer du 14 extérieur dans du 12 intérieur! Le décapeur thermique sur le 12/16 permet d'emboiter le 10/14...et en refroidissant les deux tuyaux se collent l'un dans l'autre.



   Et en forçant sur le 12/14, il passe à travers la paroi de l'aile.
   La vis hexagonale en haut à droite correspond à la fixation de l'aile sur la caisse.
   ...



   Contrairement à ce que je pensais, le tuyau de 14/16 n'arrive pas à passer dans le chemin de câble le long du pavillon à l'arrière.
   Je suis donc obligé de raccorder  la sortie  en 12/16 et d'emboiter à chaud dedans le tuyau en 10/14...
   



   La sortie  se fait dans le compartiment moteur par le passe-câble du faisceau arrière.
   Il faut passer le tuyau derrière la cartonnette.
   



   ... et le tirer jusque sous la voiture en s'assurant qu'il ne gêne pas le débattement des amortisseurs arrière, celui des ressorts, le mouvement des trompettes et le circuit de freinage.
   
   Il doit dépasser d'une dizaine de centimètres sous la boite de vitesse.



   Le passage de ces tuyaux à l'arrière me rappelle que je n'ai toujours pas trouvé la tôle de fond du compartiment moteur qui va bien sur "Julie"...
   
   



   Certes, mon toit ouvrant n'est pas parfait, mais il fonctionne.
   Il faudra voir sous la pluie ce que ça donne avant les finitions du pavillon.

   Et pour terminer cette section, ce toit ouvrant fait partie des pièces importantes que j'ai pu récupérer pour la restauration de "Julie". Merci à toi(t) Francis, et à tous les autres. Le plus amusant dans l'histoire, c'est que le toit d'origine de "Julie" a été récupéré par Stéphane et finira sans doute sur une autre 4cv!

Retour en haut de la section
Retour au Menu principal